LE TOP 10 DE 2004
La liste de mes meilleurs vins de l'année


La sélection des meilleurs vins de l'année a été un peu plus difficile que d'habitude cette année. En effet, pendant l'année 2004 j'ai travaillé plus fort que jamais auparavant: plus de 1000 vins dégustés et près de 800 vins notés et commentés sur les pages du dégustateur.com

Comment choisir à travers cette banque massive de notes pour ne retenir que la crème de la crème? La tâche est presque impossible et il serait trop cruel de ne retenir que les vins auxquels j'ai attribué les meilleures notes. 

Pour le Top 10 annuel je préfère alors retenir, parmi les meilleurs vins de toute l'année, seulement ceux qui m'ont laissé les souvenirs les plus impérissables.

C'est toujours un travail très agréable car c'est une belle occasion de revivre de très belles émotions. Et je fais ce travail avec autant plus de plaisir en sachant que les Top 10 sont régulièrement parmi les pages les plus consultées de tout le site. 

L'an dernier, les bordeaux s'attribuèrent la plupart des meilleures places. Cette année la Californie et le Piémont ont tenu tête aux vins français. Et le grand gagnant est un vin qui a déjà mérité une place sur le Top 10 de l'année 2002. Un vrai vin de légende!

Alors voici mes plus beaux moments de l'année 2004.

 

#10 Montefalco Sagrantino 25 anni 1999, Arnaldo Caprai - Val di Maggio


Montefalco Sagrantino 25 anni 1999, Arnaldo Caprai - Val di Maggio
Rubis, très bonne saturation. Issu entièrement de sagrantino, un cépage local notoirement tannique mais qui est travaillé avec une grande maîtrise dans cette cuvée de luxe. Le nez est discret mais très profond et sophistiqué, avec des arômes épicés d'une grande distinction qui dérivent probablement d'un boisé de première qualité qui s'est parfaitement subtilisé dans le vin. La bouche est ample, très mûre et volumineuse, avec une structure tannique d'une superbe finesse, parfaitement soyeuse et raffinée. Un vin d'un grain très racé, qui me fait penser à un Château Lafite dans un complet Armani : la grande classe! Sa matière, son équilibre et sa fraîcheur lui permettront de vieillir sur une dizaine d'années sans problèmes.
(**** @ **** ½ - avr./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Sagrantino di Montefalco "Collepiano" 1999, Arnaldo Caprai – Val di Maggio
Rubis, très bonne saturation. Le nez est complexe et racé, avec des notes d'épices et de fruits noirs bien mûrs, ainsi que des nuances de cuir et de musc. La bouche est racée et de très bonne concentration, dotée d'une matière dense et étoffée, sise sur une base solide de tannins très fins et soyeux, avec des saveurs d'épices et de cerise noire très mûre. La finale est interminable, sur des nuances de prune. Un vin original et vraiment très réussi, qui ne fait absolument pas regretter la beaucoup plus dispendieuse cuvée "25 anni" du même producteur.
(**** - oct./04 - Fed)

 

#9 Vin Santo "occhio di pernice" 1992, Avignonesi


Vin Santo "occhio di pernice" 1992, Avignonesi
Un vin liquoreux absolument extraordinaire. Un bijou d'originalité et de caractère. Ce Vin Santo a passé dix ans en petits fûts de chêne d'une capacité de cinquante litres. Les 49 litres de vin insérés initialement dans chaque fût ont fermenté pendant près de trois ans et ont graduellement gagné en richesse ce qu'ils ont perdu en volume. À leur sortie des fûts il ne restait que 14 litres de vin par fût en moyenne et le taux de sucre résiduel était près de 400 grammes par litre. Une ultérieure particularité de ce vin est celle d'avoir été produit à partir d'un cépage noir (le prugnolo gentile), il en résulte un vin d'une couleur brunâtre assez impressionnante, comme une huile moteur après quelques milliers de kilomètres. Le vin, toutefois, est de dimensions remarquables, un véritable sirop d'abricots, enrobés de caramel, avec une finale mielleuse absolument interminable. Un vin de méditation par excellence.
(**** ½ - avr./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Vin Santo del Chianti 1986, Carpineto
Superbe! Un vin explosif, qui a passé quinze ans en petits fûts de chêne pour donner cet ensemble extrêmement complexe et distingué, aux nuances de sirop d'érable et de noix de grenoble, avec une oxydation à peine perceptible qui lui donne vraiment beaucoup de complexité. La bouche est très riche et onctueuse, avec des saveurs de fruits secs d'une immense concentration, qui persistent en fin de bouche, où les nuances de noix sont réellement interminables. Un très grand Vin Santo!
(**** ½ - avr./04 - Fed)

 

 

#8 Sauternes-Barsac 1988, Château Climens 


Sauternes-Barsac 1988, Château Climens 
Robe dorée, intensité moyenne. Le nez un caractère rôti bien marqué par le botrytis, avec des traces très nettes de sauvignon banc qui lui donnent une fraîcheur herbacée, ainsi que des arômes fruités très exotiques qui allient de l'ananas, de la vanille et de la noix de coco. La bouche est plutôt élégante pour un vin aussi riche, voluptueux et multidimensionnel, avec des saveurs d'abricot confit, d'excellente concentration et très long. Une immense réussite pour Climens dans un très grand millésime. Il a encore un très bel avenir devant lui. AM : jusqu'en 2013+
(**** ½ - août/04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Barsac 1996, Château Climens
Robe dorée, bonne intensité. Le nez est très doux et parfumé, fruité et très frais, avec des nuances de zestes d'agrumes confits, enrobés de vanille pure. La bouche est mûre, riche, d'excellente concentration, avec beaucoup de botrytis et des nuances de vanille. Riche, équilibré, élégant, un Climens très classique, grande réussite. AM : jusqu'en 2021.
(**** ½ - août/04 - Fed)

 

 

#7 Corton Pougets grand cru 1993, Jadot 


Corton Pougets grand cru 1993, Jadot 
Superbe! Quelle jeunesse, quelle vitalité, ce vin est encore resplendissant! D'une robe rubis-pourpre de très bonne saturation, avec un nez très complexe, marqué par un caractère de basse-cour qui est assez habituel des vins de ce producteur, avec des nuances très raffinées de poivre blanc, d'épices et de minéral qui parlent d'un terroir de très grande qualité. Il évolue vers des notes de lavande. La bouche est pleine, charnue, étoffée, encore vibrante de fruit noir et d'épices, avec des tannins très bien enrobés. Un Corton très complet, qui possède encore beaucoup de fraîcheur et qui n'a rien à envier aux plus réputés crus de la Côte de Nuits. AM : jusqu'en 2013.
(**** ½ - oct./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Pommard "Clos des Épenaux" 1er cru 1990, Domaine du Comte Armand 
Monumental! Un vin d'une jeunesse insoupçonnable, offrant un nez de cerise et de terre, avec de subtiles nuances de violette, d'encre, de tabac et de chêne. La bouche est d'une grande structure, aux tannins fermes mais bien enrobés, avec des saveurs de fruit noir, aux nuances de tabac, de très bonne concentration et long. Le seul reproche qu'on puisse lui faire est que ce colosse s'apparente plus à un madiran qu'à un bourgogne, mais il est équilibré et je suis convaincu que ce vin entrera dans la légende des plus grands vins de Bourgogne. Il faut juste lui laisser le temps… beaucoup de temps! AM : 2011@2020.
(**** ½ - déc./04 - Fed)

 

 

#6 Barolo Cerequio 1999, Roberto Voerzio


Barolo Cerequio 1999, Roberto Voerzio
Un des meilleurs producteurs de tout le Piémont a signe en 1999 une autre très grande réussite. Son Cerequio est un vin d'une race indubitable, avec des arômes d'épices et de chêne très subtils et d'une grande complexité, qui témoignent d'un élevage très luxueux et extrêmement bien dosé. On y trouve aussi une multitude de nuances, allant de la réglisse au menthol, dans lesquelles on décèle un fruit très mûr. L'attaque est étonnamment suave et veloutée, la bouche est plus ferme, avec des tannins d'un grand soyeux. La texture de ce vin offre des sensations très prenantes en bouche, avec une profondeur de fruit vraiment digne des très grands millésimes. Finesse, classe, charme, complexité, dommage que son prix (245$) le rende inaccessible pour le commun des mortels car c'est du très grand vin! 
(**** ½ - avr./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Barolo "Sperss" 1989, Gaja 
Majéstueux! Un vin complexe et typé, qui paraît dix ans plus jeune que les autres Barolo de ce volet. Rubis, de bonne saturation, avec un nez absolument splendide, très classique, offrant des notes envoûtantes d'épices, d'anis, de cuir, avec des relents de chêne très subtils et de la rose. La bouche est ample, encore très jeune et tannique, avec de saveurs de cerise noire, d'épices et d'anis, de très bonne concentration. Un vin qui déborde de vitalité et que l'on pourra commencer à servir dès aujourd'hui (sur un jarret d'agneau) ou que l'on pourra garder pendant encore 10 ans et l'ouvrir lorsqu'il aura atteint son quart de siècle.
(**** ½ - nov./04 - Fed)

 

 

 

#5 Cabernet sauvignon "Martha's Vineyard" 1999, Heitz Cellars  

 

Cabernet sauvignon "Martha's Vineyard" 1999, Heitz Cellars 
Le caractère de ce vin ne fait peut-être pas l'unanimité mais croyez-moi : ce vin est un des cabernets plus profonds et plus authentiques du monde! En plein milieu de Festival des vins de Californie, dans une salle bondée de gens, alors que j'avais déjà humé et dégusté des dizaines de vins, un ami s'est présenté avec un verre de vin, l'a mis sous mon nez et m'a demandé de deviner ce que c'était. Une fraction de seconde a été suffisante pour que je lui réponde : Martha's vinayard! Son parfum incroyablement précis et profond de cassis, de violette et de menthol, mais surtout ses légendaires nuances d'eucalyptus sont absolument incomparables. De plus, le 1999 est une superbe réussite. Sa bouche est de grande classe : pleine, serrée, étoffée, avec une structure solide, parfaitement enrobée par une matière fruitée généreuse et mûre, avec une texture parfaitement veloutée. Il y a une infinité des très grands vins dans le monde, mais seuls les meilleurs possèdent une réelle personnalité, une identité bien précise. Martha's en est un! C'est du très grand vin! Il vivra sans doute jusqu'en 2025! 
(**** ½ - avr./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Cabernet Sauvignon Private Reserve Napa Valley 1987, Beringer
Rubis, de très bonne saturation, encore plutôt jeune. Superbe nez, marqué par des notes d'anis qui laissent transparaître la chaleur et la maturité du vin, du cuir, des prunes, du tabac, c'est vraiment très classique. La bouche est pleine, structurée, très soyeuse et équilibrée, de bonne concentration, avec des saveurs cohérentes avec le nez et une finale de très bonne persistance. Vraiment impeccable, une très grande réussite.
(**** ½ - sept./04 - Fed)


 

#4 Champagne "blanc des millénaires" 1990, Charles Heidsieck

 

Champagne "blanc des millénaires" 1990, Charles Heidsieck
Superbe champagne, d'une robe or pâle, aux reflets verdâtres, avec un nez très élégant et typé des champagnes à base de chardonnay, avec des notes de pâtisserie fine, de levure, de croissant frais et de fruits secs. Complexe et très raffiné. La bouche est très fine, nerveuse, de bonne acidité, avec une belle mousse en arrière-palais. Un vin solaire, qui possède la plénitude en bouche des très grands millésimes, ainsi que la vitalité nécessaire pour vieillir encore de 5 à 7 ans. Disponible à la LCBO pour un peu moins de cent dollars, ce qui me semble très raisonnable, compte tenu de la qualité et de l'âge du vin.
(**** ½ - jan./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Champagne brut millésime 1990, Henriot 
Un vin solaire, d'une grande finesse, encore très jeune, offrant un nez de pâtisseries fraîches, bien beurrées, de pain aux épices et de raisins secs. La bouche est suave, dotée de toute la plénitude des vins du millésime '90, caressant le palais grâce à son corps vineux et velouté et ses bulles vraiment très fines. Un champagne de plaisir, dominé par le chardonnay. AM : jusqu'en 2010.
(**** ½ - oct./04 - Fed)

 

 

#3 Barbaresco 1990, Gaja


Barbaresco 1990, Gaja
Sublime! Rares sont les vins de nebbiolo qui s'expriment avec autant de conviction et encore plus rares sont les producteurs capables de produire ces vins. Angelo Gaja est sans doute un des plus grands! Ce Barbaresco, de robe rubis, aux reflets grenat, ne montre que la moitié de son âge. Le nez offre un mélange complexe et très typé de cuir, d'anis, d'épices, qui s'entremêlent parfaitement aux quelques nuances de chêne qui ont résisté au temps. La bouche est pleine, serrée, astringente, dotée d'une solide structure tannique, avec des saveurs de cerise, prune, tabac qui persistent en fin de bouche. Il ne semble être qu'à mi-chemin dans sa longue marche vers la pleine maturité. AM : 2008@2020. 
(**** ½ - nov./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Barbaresco 1991, Gaja 
Rubis-grenat, bonne saturation. Très joli nez, complexe, balsamique, épicé, doux, avec des relents de chêne de très grande qualité. La bouche est d'une ampleur inimaginable pour un barbaresco de cet âge et surtout ce millésime, ample, volumineux, épicé, de loin supérieur à tout ce qui s'est fait au piémont en '91, avec des saveurs de cerise de très bonne concentration, des accents balsamiques et une finale très persistante. Une très grande expression de nebbiolo. Superbe et encore très jeune. AM : jusqu'en 2011.
(**** ½ - nov./04 - Fed)

 

 

#2 Côte Rôtie "la Turque" 1991, Guigal  

 

Côte Rôtie "la Turque" 1991, Guigal 
La Turque, La Landonne, La Mouline… À rien ne sert de servir un de ces trois vins à l'aveugle car il n'y a qu'un producteur au monde capable de travailler la syrah de cette façon, d'en extraire autant de complexité et de caractère, de lui impartir autant d'équilibre et de finesse, tout en gardant ses caractéristiques variétales intactes : c'est Guigal! Le nez de ce vin est une symphonie à l'honneur de la syrah, ses notes de poivre et de cuir se parent de nuances très raffinées de chêne et d'épices, de violette et de lavande. C'est un peu plus masculin et moins exotique que dans le passé, mais ça demeure un vin d'une complexité époustouflante! La bouche est d'une grande profondeur, avec une texture étoffée, soyeuse, extrêmement racée, des saveurs de poivre, d'épices, de musc, avec des subtiles nuances de chêne et une finale absolument interminable sur des accents de poivre et d'épices. C'est peut-être l'expression la plus sublime de syrah que l'homme soit capable de concevoir. Chapeau! AM : jusqu'en 2011.
(**** ½ @ ***** - oct./04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Côte Rôtie "la Mouline" 1988, Guigal
Rubis, de bonne saturation, avec quelques reflets grenat. Le nez est très intense et net, débordant de notes de champignon, avec des nuances de terre et d'aneth. La bouche est très cohérente avec le nez, avec une concentration de saveurs absolument ahurissante, des tannins très soyeux, un grain racé, très noble, une acidité absolument parfaite et une longue finale chocolatée. Très équilibré, mais un peu moins complexe que la bouteille dégustée il y a trois ans. C'est un très grand vin, qu'il faudra consommer d'ici 2008.
(**** ½ - jan./04 - Fed)


 

 

 

LE VIN DE L'ANNÉE :

 

#1 Cabernet sauvignon Napa Valley Howell Mountain 1990, Dunn vineyards

 

Cabernet sauvignon Napa Valley Howell Mountain 1990, Dunn vineyards
Rubis-pourpre, très bonne saturation, presque opaque. Quel est donc le secret de Randy Dunn pour que ses vins gardent une aussi belle couleur aussi longtemps? Ce Howell Mountain est vraiment très réticent au nez, mais on devine toute sa puissance dans les arômes profonds de cassis et de menthol et, comme face à un fauve qui dort, on a presque peur d'agiter le verre pour ne pas le réveiller. Tranquillement, il laisse transpirer des arômes très complexes de tabac et d'épices, avec un caractère minéral d'une grande distinction. L'attaque est d'une densité remarquable, encore plus importante que celle offerte par le Napa du même millésime; la matière fruitée et très riche, mais traversée par des tannins féroces. Malgré ses quatorze ans, ce cabernet extrêmement puissant et profond ne montre presque aucun signe d'évolution. Son caractère minéral possède des nuances de tabac et de réglisse qui n'en finissent plus d'illuminer la fin de bouche, comme un feu de Bengale dans la nuit. C'est un colosse qui, à défaut d'être servi en accompagnement à un filet mignon bien saignant, devra être attendu patiemment encore plusieurs années. Chapeau Randy! AM : 2010 @ 2025. 
(**** ½ @ ***** - mars/04 - Fed)

 

avec une mention particulière pour :

Cabernet sauvignon Napa Valley Howell Mountain 1992, Dunn vineyards
Rubis-pourpre, très bonne saturation, presque opaque. Le nez est vraiment très frais et complexe, avec des arômes de petits fruits noirs acidulés, des nuances minérales et de la feuille de tabac. Assez caractéristique des vins de Dunn, il est vraiment très, très jeune pour un vin de 12 ans. La bouche est très ample, soyeuse, tannique et très structurée mais quand même plus accessible que le '90. Ce Howell Mountain fait preuve encore une fois d'une grande race, avec ses saveurs très profondes et minérales aux nuances de réglisse, son équilibre impeccable et sa très longue finale. C'est vraiment du très grand vin! AM : jusqu'en 2017 ou plus. 
(**** ½ - mars/04 - Fed)


 

 

 

 


 

Voici d'autres vins mémorables dégustés en 2004 qui auraient pu être pris en considération :  

Ermitage "Le Pavillon" 1989, Chapoutier 
Belle robe rubis, de bonne saturation, d'apparence encore très jeune. Le nez est très discret, subtilement herbacé, minéral, avec des nuances d'encre, d'épices et de chêne. La bouche est assez ample, très soyeuse, avec une belle texture étoffée, de saveurs de fruit noir acidulé et des nuances minérales. Un vin cérébral, qui se laisse désirer, mais qui offrira beaucoup de race et de complexité à ceux qui voudront l'examiner attentivement. AM : jusqu'en 2009+
(**** @**** ½ - jan./04 - Fed)

Giusto di Notri 2000, Tua Rita 
Merlot, cabernet sauvignon et cabernet franc. Est-ce que trois cépages valent mieux qu'un? C'est une question qui divise bien des amateurs de vins, ceux qui défendent que les vins monocépages sont plus purs, contre ceux qui croient que les vins qui assemblent plusieurs cépages sont plus complexes. Dans ce cas, le Gusto di Notri m'a semblé un brin plus complet et plus séduisant que les bien plus renommé Redigaffi (un merlot pur) de la même maison. Le vin est rubis pourpre, d'excellente saturation, avec un nez d'une grande complexité, digne des meilleurs Saint Émilion, offrant des notes épicées qui s'entremêlent des nuances de violette, de fruit noir et de poivron. Le chêne se fait de plus en plus évident au fur et à mesure que le vin s'oxygène. La bouche est pleine et très veloutée, dans cet aspect elle ressemble beaucoup au Redigaffi et ça prouve que ce domaine maîtrise très bien ses vinifications; un équilibre impeccable, du velours, des saveurs très cohérentes avec le nez et de très bonne concentration, avec une finale mêlant le fruit noir aux notes épicées, qui pourrait être plus persistente. Somme toute, c'est un vin extrêmement réussi, qui mérité d'être découvert.
(**** @ **** ½ - nov./04 - Fed)

Pessac-Léognan blanc 2002, Château Smith Haut Lafitte
Quel nez! Ce Smith Haut Lafitte '02 offre probablement une des expressions les plus complexes que le sauvignon ait jamais donné. Des notes de pamplemousse rose et d'épices, avec des nuances très subtiles de gingembre et de vanille; la prise de chêne dans ce vin est absolument parfaite. La bouche est d'une grande finesse, avec des saveurs très nettes de pêche et une fine minéralité, excellente concentration, avec le retour de la pêche dans la longue finale. C'est un vin vraiment très racé et d'une grande sophistication. Il est déjà absolument irrésistible. Et dire qu'il va fort probablement se bonifier avec quelques années de garde.
(**** @ **** ½ - sept./04 - Fed)

Cabernet sauvignon Napa Valley 1986, Dunn vineyards
Rubis, de très bonne saturation, avec des reflets grenat. Le nez offre des notes de prune et de chocolat, assez intense, avec des nuances de terre, de menthol et de violette. Complexe et raffiné. La bouche est assez pleine et serrée, avec des tannins d'une grande finesse, c'est vraiment de la soie en bouche! Les saveurs de prune fraîche amènent à une arrière-bouche chaleureuse et mentholée. La finale, vaporeuse, très intense et longue, avec des nuances réglissées, dépasse aisément les trente secondes. Encore étonnamment jeune, ce cabernet complexe et très raffiné pourra être apprécié pendant encore bien des années. AM: jusqu'en 2011 ou plus.
(**** ½ - mars/04 - Fed)

Cabernet sauvignon Napa Valley 1992, Dunn vineyards
Rubis-pourpre, presque opaque. Profond, avec la fraîcheur de la menthe et des nuances de graphite et d'anis. Le fruit, qui n'était pas très évident au nez, devient beaucoup plus manifeste en bouche, où l'attaque est d'une grande densité et la matière riche et soyeuse est soutenue par des tannins très fermes et racés. Puissant, très complet, mais un brin moins élégant que le '90 en raison d'une fin de bouche un peu chaleureuse, où l'on dénote toutefois des nuances de tabac qui persistent très longuement. C'est du vin très sérieux! AM : jusqu'en 2017.
(**** ½ - mars/04 - Fed)

Pessac-Léognan 1988, Château Haut Brion 
Quelle magie! Nettement meilleur que la bouteille dégustée il y a deux ans. Ce Haut Brion possède un nez absolument fabuleux, avec des notes de mine de plomb, de tabac, aux nuances florales extrêmement pures et complexes. La bouche est d'une grande élégance, de la dentelle, d'un grain tendre, soyeux, très fin, avec des saveurs de tabac, d'épices, très minéral. Un vin d'un équilibre et d'un raffinement exemplaires.
(**** ½ - oct./04 - Fed)

Châteauneuf du Pape 2000, Domaine Charvin 
Rubis, bonne saturation. Le nez est très subtil, avec des notes de figues fraîches et de cerise, aux nuances épicées. La bouche est un modèle de finesse et d'équilibre comme on en rencontre rarement dans le sud de la France, du velours, avec des saveurs de figues, d'épices, un très joli fruité de cerise, des tannins soyeux parfaitement intégrés et une finale de très bonne longueur. Il semble déjà prêt à boire mais son équilibre et sa maturité devraient lui permettre d'évoluer encore quelques années et gagner encore plus de complexité. Très belle bouteille! AM : jusqu'en 2010+.
(**** @ **** ½ - nov./04 - Fed)

"Desiderio" merlot 1999, Avignonesi
Un vin d'un charme fou! Doté d'un nez d'une complexité vraiment désarmante, offrant des nuances de graphite, de fruit confit, d'épices et de chocolat truffé. Très accessible, la bouche est ample, ronde, très veloutée, carrément voluptueuse, avec une matière fruitée très généreuse et de bonne maturité, des tannins très fins, des saveurs d'épices et de chêne et une fin de bouche subtilement minérale, offrant un mélange de fruits noirs et de chocolat. Un vin de plaisir, à boire au cours des deux ou trois prochaines années.
(**** - mai/04 - Fed)

Côtes du Rhône "Syrah" 2001, Château de Fonsalette
Rubis, bonne saturation. Superbe nez! Parfumé et complexe, avec des notes de champignon, de rose, de fruit rouge confit, avec des accents de basse-cour et d'épices. La bouche est très soyeuse et fine, avec un milieu de palais épicé et très intense, aboutissant dans une finale aux nuances de poivre et de liqueur de fruits rouges, nette et de très bonne longueur. Une syrah aromatique, très expressive et accessible en ce moment, mais qui devrait quand même être de bonne garde si on peut se fier aux millésimes du passé. Très belle bouteille! AM : jusqu'en 2013.
(**** - nov./04 - Fed)

Vosne Romanée 1er cru "les chaumes" 1995, Robert Arnoux 
Splendide bourgogne, exprimant toute la race et la finesse des grands vins de la Côte de Nuits, encore jeune et plein de vitalité, avec des arômes de fruit noir, de cuir et un caractère minéral très distingué. La bouche est droite, soyeuse et semble avoir gagné du poids depuis quelques années, ce qui lui fait à merveille! Les tannins sont très fins et bien enrobés, les saveurs de bonne concentration et offrant beaucoup de finesse et de typicité. Très belle réussite. AM : jusqu'en 2010.
(**** - oct./04 - Fed)

Vino Nobile di Montepulciano Riserva grandi annate 1999, Avignonesi
Superbe nez, très toscan, offrant un mélange de fruits noirs, bien mûrs, des nuances épicées et de chêne. La bouche est d'une grande densité, tout en préservant des proportions assez classiques, avec un fruité mûr et profond et une structure tannique très fine et distinguée. Complexe et équilibré, c'est du grand vin toscan.
(**** - avr./04 - Fed)

Chianti classico riserva "Badia a Passignano" 1995, Antinori 
Rubis-pourpre, très bonne saturation. Très beau nez, discret mais très complexe et racé, avec des belles nuances de fruit noir, d'épices, de chêne et de boîte à cigare, ainsi que des accents de sauce soya. La bouche est étonnamment pleine, ronde et suave, soutenue par des tannins tendres, très mûrs, le tout est d'une belle densité, offrant des saveurs de fruit noir, d'épices et de chocolat, de très bonne longueur. Vraiment une très grande réussite. AM : jusqu'en 2007.
(**** - avr./04 - Fed)

St. Joseph vieilles vignes "les roches" 2001, Tardieu Laurent
Rubis-pourpre, très bonne saturation. Le nez exhibe une progression très étonnante dans le verre : plutôt discret au début, avec des notes de fruit noir et de prunes, il gagne une complexité et un charme irrésistibles, avec des notes d'épices, de fruit mûr, de lavande, de chêne, des traces de mine de plomb, signe d'un travail d'élevage de très grande qualité. La bouche est soyeuse, finement astringente mais très équilibrée, avec une belle finale de prunes et de chocolat. Un Saint Joseph de grande race, qui mettrait dans sa petite poche bien des Côte Rôtie coûtant le double de son prix. Superbe travail. AM : jusqu'en 2012. 
(**** - mai/04 - Fed)

Pouilly Fuissé Tournant de Pouilly "cuvée spéciale hors classe" 2000, J. A. Ferret
Ce vin très racoleur offre des arômes de chêne très séduisants, aux nuances de beurre et de pâtisserie, floral, minéral, il évolue vers la mine de plomb et la feuille de menthe séchée. Vraiment, tout un nez! La bouche est onctueuse, élégante et équilibrée, avec une finale beurrée, marquée par une amertume boisée encore prononcée. Très cher pour un Pouilly, mais il est évident que le producteur y a mis le paquet! AM : jusqu'en 2007
(**** - avr./04 – Fed)

Cahors "le pigeonnier" 1997, Château Lagrezette 
Rubis-pourpre, excellente saturation. Le nez est subtil mais très typé, avec des notes de fruit noir, de noix, de cacao et de cuir. Plutôt distinct et complexe. La bouche est assez imposante, dotée d'une très belle structure, fine, soyeuse et racée (exactement comme je les aime), avec des saveurs d'épices et de réglisse. C'est cher, mais c'est du très beau travail! AM : jusqu'en 2012.
(**** - août/04 - Fed)

Cervaro della Sala 2001, Antinori – Castello della Sala
Un chardonnay très racé et typé, avec notes de pomme et de miel, des accents floraux et des nuances très raffinées d'épices et de chêne. La bouche est très racée, onctueuse, élégante, avec une fine amertume de chêne en fin de bouche, où les nuances de vanille et d'épices sont très persistantes. Un vin très réussi! Fort recommandable.
(**** - avr./04 - Fed)


 


Pour toute autre information ou
pour me faire part de vos commentaires,
n'hésitez pas à me contacter par courriel
Federico