UN GRAND BOURGOGNE
 
   
À l'occasion d'une dégustation de produits de la maison Momessin, organisée par Charton-Hobbes,
j'ai eu l'opportunité de déguster un échantillon du Clos de Tart 1997. 
Je vous ai donc préparé ce dossier sur ce grand cru, complet de mes notes de dégustation.
 
 
  CLOS DE TART 1997
 
- Histoire  

 
  

  
  
 
 
- Terroir   
  
  
  
  
  
  

 

- Vignoble 

  
  
  
 

- Vinification et élevage 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

- Notes de dégustation

 
 
  Au début du 12e siècle, le Clos de Tart était appelé "Climat de la Forge". Ce n'est qu'en 1141 qu'il prit le nom de "Clos de Tart", après son acquisition par les soeurs Bernardines de l'Abbaye de Notre Dame de Tart, dépendance des celles de Citeaux. 

Depuis 1928 il est monopole de la famille Momessin. 

  
Le Clos de Tart est situé dans la commune de Morey Saint-Denis, dans la partie centrale de la Côte de Nuits, la zone plus propice à la production de grands crus. Le vignoble du Clos de Tart s'étend sur un peu plus de 7 hectares. 

La terre repose sur un abondant revêtement d'éboulis tapissant le sol calcaire. 

 

Des vignes de 40 ans, plantées à une densité de 10 000 pieds de vigne par hectare.  

Les vendages sont effectuées à la main.   
 
 

Depuis l'arrivée du nouveau vinificateur, Sylvain Pitiot, en 1995, le vin du Clos de Tart ne subit pas de filtration. Le collage est effectué au besoin, fût par fût.  

Suivant une habitude plus bordelaise que bourguignonne, le vin des jeunes vignes, ainsi que les fûts qui sont jugés comme n'étant pas à la hauteur du grand vin, viennent embouteillés sous la deuxième étiquette: "Clos de la Forge". 
  
Le vin du Clos de Tart est affiné en fûts neufs à 100%. 
 

 

Rubis vif, de moyenne saturation.  

Très beau nez, intense et captivant, avec beaucoup de charme et toute la finesse d'un grand cru de Bourgogne. Il offre des notes de fruits rouges confits ainsi qu'un boisé, très raffiné, qui lui confère des nuances de vanille, de chêne brûlé et de crayon à mine.  

Les rendements étaient très faibles en 1997 (23 hectolitres/hectare) et c'est évident en bouche; il est ample, souple et velouté, avec des tannins très fins, à peine perceptibles en arrière-palais. Très savoureux, avec du fruit rouge et du chêne qui persistent très longtemps en fin de bouche. 

Un vin plein et en même temps incroyablement élégant. Beaucoup plus similaire à un Chambolle-Musigny qu'à un Chambertin. 

La SAQ a reçu une allocation de 60 caisses qui devraient arriver vers la fin de l'hiver prochain. Si vous en avez les moyens, je vous le recommande très fortement. 

( **** 1/2 - Fed)