FATTORIA LA MASSA

Les vins de Giampaolo Motta

 

Giampaolo Motta tombe en amour avec le bordeaux alors qu'il fait des études en chimie à Lyon. Puis, pendant des vacances en Toscane, il décide de quitter l'entreprise familiale, une tannerie qui appartient à la famille depuis une dizaine de générations, pour se lancer dans une improbable aventure vinicole.

 

Nonobstant les répercussions de sa décision, qui l'obligeront à s'éloigner de sa famille, il part se faire son expérience auprès de maisons très reconnues dans le cœur du Chianti (Fontodi, Villa Cafaggio, Castello dei Rampolla). En 1992 il fait l'acquisition de Fattoria la Massa.

 

Giampaolo emploie des méthodes peu orthodoxes pour le sangiovese (élevage prolongé sur lies avec bâtonnages fréquents et micro-oxygénation) parfois en le faisant même à l'insu de son œnologue conseil, Carlo Ferrini. Mais ces méthodes portent fruit et dès la fin des années '90 Fattoria La Massa jouit d'une notoriété internationale.   

 

Le vin de pointe est le Giorgio Primo, une belle synthèse entre tradition et modernisme. Son caractère puissant et structuré, sa forte personnalité, ses notes de goudron et de cuir rappellent certains vins de la région de Montalcino, mais la richesse de sa sève et l'élevage en bois neuf lui donnent des traits plutôt modernes. 

 

Depuis quelques millésimes, les vins de Fattoria la Massa sont embouteillés en IGT. Cela permet de toujours utiliser les meilleurs raisins de la propriété, sans devoir se soucier de respecter le quota de sangiovese. Mais Giampaolo explique, avec beaucoup de franchise, que cette décision repose aussi sur des questions plus purement commerciales: le prix du Giorgio Primo en faisait un des chianti les plus chers sur le marché, alors que dans la catégorie des IGT il se situe plutôt en entrée de gamme et on ne le distingue plus que par sa qualité et non son prix.

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

en rouge

 

 

GIORGIO PRIMO

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 1996, La Massa

Produit avant que le domaine n'atteigne le niveau de succès qu'il connaît aujourd'hui, Giampaolo Motta avoue que les moyens dont il disposait à l'époque étaient vraiment minimes et qu'il est fier d'avoir été en mesure de produire un vin qui a su garder un souffle de vie jusqu'à l'âge de 10 ans. Le '96 est aussi le premier millésime dans lequel il utilise du merlot dans l'encépagement, quoique seulement moins de 5%. Grenat, de bonne saturation, offrant un nez évolué mais plutôt complexe, avec beaucoup de tabac, des notes d'herbes, d'épices, d'iode, une bouche droite, de bonne profondeur, aux tannins polis par l'âge, aboutissant en une finale minérale de bonne persistance. À boire rapidement.

(*** ½ - avril/06 - Fed)

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 1997, La Massa

Étrangement, Giampaolo Motta n'aime pas du tout son '97, il le trouve rustique et jure que s'il avait eu aujourd'hui des raisins d'aussi bonne qualité il aurait fait un bien meilleur vin. Mais en même temps, ceci est le millésime qui a permis à la presse internationale de repérer le domaine, lui amenant ainsi une discrète notoriété et des moyens financiers accrus. Rubis, très bonne saturation, encore plutôt jeune, il possède un beau nez fruité, légèrement rôti, avec des nuances terreuses, du cuir et de la réglisse noire. La bouche est encore plutôt tannique, puissante, légèrement alcooleuse, avec un caractère minéral, réglissé, de très bonne concentration et doté d'une finale intense et de très bonne longueur. Quoiqu'en pense Giampaolo, ce '97 est un vin d'une grande énergie, qui a encore beaucoup de chemin à faire et qui finira peut-être un jour par faire changer d'avis à son créateur.

(**** - avril/06 - Fed)

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 1999, La Massa

Le 1999 est le premier millésime pour lequel on emploi uniquement du bois neuf dans l'élevage du Giorgio Primo. Plutôt discret, il possède des notes de fruit noir, de cuir, de réglisse et d'épices. L'attaque est de bonne ampleur, la bouche fermée, très tannique mais de bonne finesse, avec une longue finale réglissée. Moins accessible qu'il y a trois ans, en ce moment il semble mettre de l'avant sa grande structure et sa puissance. Il faudra attendre que le fruit revienne en surface.

(**** - avril/06 - Fed)

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 2000, La Massa (SAQ 879 379 – 89,00$)

Très classique, avec des notes de tabac blond, de chêne rôti et de moka, sur un fond fruité de bonne maturité. La bouche semble plus souple et accessible que le '99, veloutée, avec une extraction moins importante, mais aussi moins de poids et de longueur en fin de bouche.

(*** ½ @ **** - avril/06 - Fed)

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 2001, La Massa

Rubis-pourpre, très bonne saturation. Nez très complexe, terreux, réglissé, aux notes d'herbes et de chêne rôti. La bouche est d'un grand volume, avec des saveurs de tabac et une charge fruitée mûre et de très bonne concentration, des tannins fins mais encore plutôt astringents et une longue finale réglissée. Encore très jeune, doté d'un grand potentiel.

(**** - avril/06 - Fed)

 

Chianti classico "Giorgio Primo" 2002, La Massa (SAQ 10324391 - 90,00$) 

Un millésime très difficile. Alors que la Toscane reçoit en moyenne de 700 à 800 ml. de pluie pendant l'été, en 2002 on en a reçus 1500, dont 1000 dans les derniers deux mois. Chez la Massa on a perdu 75% de la production, mais Giampaolo Motta a quand même décidé de produire le Giorgio Primo, ne serait-ce que pour montrer que son terroir est capable d'obtenir des résultats très satisfaisants même dans les pires conditions. D'ailleurs, Giampaolo est un amateur de bordeaux, où dans les pires millésimes on déclasse une grande partie de la récolte mais on produit toujours une petite quantité du grand vin. Ce 2002 offre des jolies nuances de chêne neuf, légèrement rôti, un fruit de bonne maturité, une chair souple, aux tannins délicats, légèrement astringents, des saveurs de cerise noire et d'épices, d'assez bonne concentration. C'est plutôt bien fait pour un 2002.  

(*** ½ - avril/06 - Fed)

 

"Giorgio Primo" Toscana I.g.t. 2003, La Massa

Un autre millésime difficile, mais pour des raisons totalement opposées: il n'est tombé que 115 ml. de pluie en 2003 et l'été a connu des températures sahariennes. Résultat: autre réduction drastique de la production, seulement 35000 bouteilles de Giorgio Primo ont été produites, contre une moyenne de 75000 dans les autres millésimes. Aussi, pour la première fois depuis sa création en 1992, le vin n'est plus un chianti mais il est embouteillé en IGT et la proportion de merlot dans l'assemblage atteint 30%. Le vin est très mûr, chaud, presque provençal, avec des notes d'herbes et d'épices, un fruit très mûr, une bouche ample, tannique, glycérinée mais sans lourdeur (extraordinairement, en 2003 on a filtré le vin pour en diminuer la densité) il évolue très positivement dans le verre et gagne beaucoup d'allonge en fin de bouche. Giampaolo dit que le vin était carrément imbuvable tellement les tannins étaient secs il y a quelques mois mais il évolue positivement et devrait être beaucoup plus accessible à l'automne.  

(*** ½ @ **** - avril/06 - Fed)

 

 

LA MASSA

La Massa Toscana I.g.t. 2002, La Massa (SAQ 10283104 - 37,75$) 

Un assemblage de sangiovese (55%), merlot (40%) et cabernet sauvignon, la Massa est issu des jeunes vignes du domaine et des cuvées déclassées. Le 2002 est un vin fin, assez expressif, avec des subtiles nuances de tabac blond, très doux, une bouche souple, plutôt harmonieuse, avec des tannins très finement astringents, des belles saveurs de cerise et de tabac, il s'exprime avec beaucoup d'authenticité malgré la présence importante de cépages non toscans. Très bien fait pour un 2002, il devrait être à son meilleur dans les trois prochaines années.  

(*** ½ - avril/06 - Fed)

 

La Massa Toscana I.g.t. 2003, La Massa

Le millésime 2003 devrait arriver au Québec à un prix beaucoup plus avantageux que celui des derniers millésimes car Giampaolo Motta a décidé d'augmenter la production du La Massa pour en faire un vin de plus grand roulement, ce qui n'enlève rien à la qualité de ce vin très mûr et flatteur, avec des nuances d'herbes, de tabac, d'anis et d'épices, doté d'une bouche presque sucrée, offrant de la cerise noire et de accents de réglisse. Très moderne, mais complet et long. Il partira très vite!  

(*** ½ - avril/06 - Fed)

 

 

 


Pour toute autre information ou
pour me faire part de vos commentaires,
n'hésitez pas à me contacter par courriel
Federico