Château Ducru Beaucaillou

 

Cet immense domaine de près de 220 hectares comprend un vignoble de 75 hectares, un parc centenaire de 3 hectares et près de 140 hectares de pâturages, marais et forêts. Le nom du château dérive des grosses graves gunziennes qui recouvrent la croupe dominant la Gironde, sur laquelle est situé le vignoble de Ducru-Beaucaillou. Le magnifique château victorien est l'un des plus beaux et des plus facilement reconnaissables de tout le Médoc. Depuis plus de soixante ans, il est habité en permanence par la famille Borie, qui possède aussi d'autres intérêts vinicoles dans le Médoc, notamment les Châteaux Grand Puy Lacoste  et Haut Batailley à Pauillac, gérés par Xavier Borie, ainsi que Lalande-Borie, à St. Julien, qui est issu d'un vignoble de 32 hectares qui fut racheté de Château Lagrange en 1970, mais qui ne fut jamais considéré digne de produire des vins à la hauteur de Ducru-Beaucaillou.

 

Le vignoble de Ducru est planté à 65% de cabernet sauvignon, à 25% de merlot et à parts égales de cabernet franc et petit verdot pour le reste. L'âge moyen des vignes est de quarante ans et la densité de plantation atteint les 10000 pieds de vignes à l'hectare.

 

Le style du vin de Ducru a toujours été caractérisé par une sublime élégance. Jean Eugène Borie a été un précurseur dans la production du bordeaux moderne, embouteillant un vin mûr et souple bien avant que cela ne devienne une tendance destinée à obtenir des gros pointages dans les revues spécialisées. Si les millésimes des années '80 tiennent encore bien la route, les vins plus récents promettent de très belles choses, tout en signant une continuité dans cette élégance de matière qui est l'essence même de ce grand St. Julien.

 

Ci-bas vous trouverez des notes sur 8 millésimes de Ducru, du tout dernier, le 2003, jusqu'aux meilleurs millésimes des années '80.  

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

 

 

en rouge

  

St. Julien 2003, Château Ducru Beaucaillou

Rubis-pourpre, très bonne saturation. Beau nez, élégamment boisé, avec des notes crémeuses de moka et de torréfaction qui enveloppent le fruit mûr, presque sucré, mais d'une grande pureté, aux arômes de bleuets qui se compliquent de nuances florales. La bouche est toujours très élégante mais on y trouve déjà une plus grande richesse que dans le 2000, une maturité de fruit plus évidente, un peu plus de sucre, mais dans un ensemble qui garde toujours des proportions très élégantes, le milieu de palais est profond, concentré et un brin épicé, la longue finale offre une explosion de cassis crémeux, de chocolat, de réglisse noire, ainsi que des relents torréfiés. Un vin riche mais très équilibré, avec un boisé très flatteur qui se fait parfois un peu redondant. Il faudra lui laisser le temps de l'absorber.

(**** ½ - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 2000, Château Ducru Beaucaillou

Rubis-pourpre, très bonne saturation. Très beau nez, mûr, profond, d'une grande finesse, avec un boisé fumé, plutôt discret, des nuances de cassis et de violette qui lui donnent beaucoup d'élégance et une complexité très naturelle. La bouche semble un peu fermée, mais on y devine la plénitude, la maturité, la structure et la profondeur d'un vin de grand millésime, le grain est serré et de grande finesse, la bouche défile sur le palais avec une matière étoffée et longiligne, les saveurs semblent gagner d'ampleur seulement dans la très belle finale où la longueur considérable permet d'en apprécier la minéralité et la pureté de leur fruit. Un vin étoffé et très classique, qui aura probablement une garde de plus de trente ans. C'est une très grande réussite!

(**** ½ - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1996, Château Ducru Beaucaillou

Rubis-pourpre, très bonne saturation. Très beau nez, il semble déjà plus ouvert et accessible que le '95, avec des arômes de fruits rouges et noirs très purs, dans lesquels on aurait envie de croquer, les nuances florales sont toujours présentes et cette bouteille offre déjà quelques débuts de notes faisandées qui ajoutent à sa complexité. Bouche expressive, au grain serré, assez compacte et de bonne acidité, mais dotée d'une sève remarquable, avec des saveurs de cassis pur, juteux, qui s'allongent en fin de bouche. Très belle réussite. AM: jusqu'en 2020+

(**** @ **** ½ - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1995, Château Ducru Beaucaillou

Rubis, très bonne saturation. Le nez est plutôt fermé et semble sortir d'une longue léthargie, il a besoin de temps avant d'offrir sa panoplie d'arômes très caractéristiques de ce cru, avec un beau mélange de cassis aux nuances florales et minérales. La bouche est encore jeune et fermée, le grain est fin mais la matière est muette et encore animée par une acidité qui a besoin de temps pour s'adoucir. Il ne possède pas la profondeur des meilleurs millésimes, mais son élégance et sa longue finale minérale sont des gages de réussite. Je lui laisserai encore trois ou quatre pour s'assouplir et développer une plus grande complexité. AM: 2010 @ 2017.

(**** - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1990, Château Ducru Beaucaillou

Rubis-grenat, très bonne saturation. Le premier nez exprime des notes humides, végétales, de poivron vert et de gazon mouillé, puis la maturité et la grande complexité du vin se manifestent dans toute leur splendeur, avec des notes florales d'une sublime fraîcheur, qui s'entremêlent à un caractère d'épices exotiques et de cèdre. La bouche possède une matière toute aussi pleine qu'élégante, le classicisme de ses saveurs est exemplaire, avec des accents de cassis, prune, poivron, tabac, épices et cèdre, le milieu de palais est plein et savoureux et cette ampleur du vin se poursuit jusque dans la longue finale aux accents minéraux. Un vin qui possède encore beaucoup de vitalité. AM: jusqu'en 2020+

(**** ½ - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1989, Château Ducru Beaucaillou

Le Ducru '89 se présente avec une douceur plus immédiate que le 1990, sauf que, contrairement à ce dernier, au lieu de progresser et de s'amplifier dans le verre, le '89 semble se cristalliser. Mûr, doux, très séduisant, il flatte le nez par ses arômes de prune fraîche, sucrée, de cassonade, de chocolat et de moka. Comme pour presque tous les '89, la bouche offre plus de maturité que de définition des saveurs, avec une matière compacte, épicée, aux tannins légèrement astringents et des saveurs de prune qui persistent.

(**** - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1986, Château Ducru Beaucaillou

Une autre bouteille faisant partie du lot (considérable) de Ducru-Beaucaillous 1986 marqués par des arômes de carton. À travers ce filtre aussi inopportun que désagréable, on devine une complexité de cèdre, d'épices et de cuir, mais il est plutôt difficile d'évaluer un vin dans ces conditions. En bouche on retrouve les caractéristiques du millésime, avec une structure solide, encore granitique, au grain très fin, des saveurs très discrètes d'épices et de cèdre, de minéral et de réglisse, avec une longue finale chocolatée. Un vin qui aurait pu être grandiose, n'eut été de ce problème qui, à Ducru, affecte la majeure partie des bouteilles de ce millésime.

(*** - mars/07 - Fed)

 

St. Julien 1982, Château Ducru Beaucaillou

Une autre bouteille qui n'est peut-être pas aussi spectaculaire qu'elle aurait dû l'être. Les notes de réglisse et d'épices montrent une belle maturité et beaucoup de finesse, mais il y a des relents de carton qui semblent rendre le vin un peu plat et dénué de vitalité.

(*** ½ - mars/07 - Fed)

 


Pour toute autre information ou
pour me faire part de vos commentaires,
n'hésitez pas à me contacter par courriel
Federico