BOURGOGNE 2005: les blancs
la dégustation du 8 juin 2008

Beaune 1er cru "Champs-pimont" 2005, Jacques Prieur SAQ - 59,00$
Pernand Vergelesses 1er cru "Clos Berthet"  2005, Dubreuil Fontaine SAQ - 42,00$
Meursault "les clous"   2005, Bouchard Père et Fils SAQ - 39,00$

Chassagne Montrachet 1er cru "les vide-bourses" 2005, Marc Colin LCBO - 95,00$
Chassagne Montrachet 1er cru "Clos de la truffière"  2005, Vincent Girardin SAQ  - 65,00$
Chassagne Montrachet 1er cru "les Caillerets"  2005, Jean Noël Gagnard SAQ   - 99,00$

Bâtard Montrachet grand cru  2005, Jean Noël Gagnard SAQ    - 249,00$
Puligny Montrachet 1er cru "les clavoillons"  2005, Domaine Leflaive LCBO  - 125,00$
Corton-Charlemagne grand cru  2005, Joseph Drouhin SAQ    - 137,00$

*Tous les prix sont en dollars canadiens

 

QUELQUES MOTS


La dernière "dégustation-underground" de l'année nous offrait un aperçu des bourgognes blancs du millésime 2005, dont l'excellente réputation semble de plus en plus justifiée. En effet, l'impact avec les vins blancs de ce millésime a été presque aussi positif qu'il le fut avec les rouges plus tôt au courant de la saison. La maturité et la densité des vins sont celles des meilleures années, mais les vins ont préservé beaucoup de fraîcheur et d'équilibre.

 

Dans le premier volet, le Beaune premier cru "Champs-pimont" de Jacques Prieur a eu la vie dure pour faire valoir son rang face à un Meursault village de la maison Bouchard Père et fils, dont la pureté cristalline a été très appréciée par le groupe (même si une partie de la table l'a trouvé alcooleux en fin de palais).

 

Le deuxième volet était une affaire de Chassagnes, avec trois premiers crus de cette commune. Le vin tant attendu, "les caillerets" de Jean Noël Gagnard, dont le 2002 avait fait l'unanimité dans une dégustation similaire il y a trois ans, a causé toute une surprise en finissant bon dernier. Presque tous les membres de groupe lui reprochaient un excès de maturité et de bois qui le rendaient excessivement exotique pour un premier cru de Bourgogne. Le volet a été gagné de justesse par le "vide-bourses" de Marc Colin, qui a obtenu un vote de plus que "Clos de la Truffière" de Vincent Girardin, deux vins très classiques, avec des acidités très raffinées, qui ont fait le bonheur des membres du panel.

 

Pour terminer la soirée, le programme prévoyait un trio composé de deux grands crus, dont un Bâtard-Montrachet de Jean Noël Gagnard, ainsi qu'un premier cru "les Clavoillons" du très renommé Domaine Leflaive, dont on dit qu'il est au blancs de Bourgogne ce que le Domaine de la Romanée-Conti est aux rouges. 

 

Comme on pouvait s'y attendre de vins de ce rang, ils étaient un peu moins accessibles et ont nécessité plus de patience avant de nous livrer leurs secrets. Toutefois, leur finesse et leur profondeur ont fini par se manifester, surtout dans le cas du somptueux Bâtard, qui a fait le vide derrière lui en ramassant un total de 10 votes sur les treize disponibles. Grande déception pour les amateurs de Corton Charlemagne, dont l'exemplaire de la maison Drouhin a trahi les attentes avec un vin un peu dépourvu de nerf et de race.

Vous trouverez ci-bas les résultats volet par volet, ainsi que mes notes de dégustation.

      

 

  LE TABLEAU

Le tableau suivant montre, dans la colonne "votes", le nombre de préférences reçues par chaque vin (chaque membre du groupe ayant droit à un vote de préférence par volet). Vous trouverez ensuite le pointage (sur 5 étoiles) que j'ai accordé à chaque vin. 

VINS DÉGUSTÉS VOTES

MES NOTES

Beaune 1er cru "Champs-pimont" - Jacques Prieur

5

****
Pernand Vergelesses 1er cru "Clos Berthet" - Dubreuil Fontaine 

3

*** @ *** ½ 
Meursault "les clous" - Bouchard

5

*** ½
Chassagne 1er cru "les vide-bourses" - Marc Colin

7

****
Chassagne 1er cru "Clos de la truffière" - Vincent Girardin 6 ****
Chassagne 1er cru "les Caillerets" - J. N. Gagnard

0

*** ½ @ ****
Bâtard Montrachet grand cru  - J. N. Gagnard 10 **** ½
Puligny Montrachet 1er cru "les clavoillons" - Domaine Leflaive 3 ****
Corton-Charlemagne grand cru - Drouhin 0 *** ½  


 

 

  LES NOTES DE DÉGUSTATION

Les vins sont toujours dégustés à l'aveugle. Les notes de dégustation sont présentées selon le même ordre dans lequel les vins se sont retrouvés une fois avoir été placés dans les sacs et mélangés pour obtenir un ordre de service aléatoire.


 

 

1er volet :

 

Beaune 1er cru "Champs-pimont" 2005, Jacques Prieur (SAQ 59$)

Très flatteur, alléchant, doté d'un nez bien boisé, doux, finement vanillé, évoluant très positivement vers des notes d'agrumes, de poire et de noisette. La bouche est ample, onctueuse, dotée d'une saine acidité qui lui confère beaucoup de définition, avec un fruit vibrant de fraîcheur, aux relents de pomme verte et d'agrumes, ainsi qu'une fine minéralité et une belle finale encore sur des notes d'agrumes, auxquelles s'ajoutent des relents boisés de sucre brun et de cassonade. Vraiment très bien fait.

(**** - juin/08 - Fed)

 

Pernand Vergelesses 1er cru "Clos Berthet" 2005, Dubreuil Fontaine (SAQ 42$)

Discret mais de très bonne maturité, avec un fruit presque exotique, qui évoque la banane, ainsi qu'une fine minéralité et un boisé qui laisse des traces de chêne et de cassonade. La bouche est assez onctueuse, avec une présence légèrement douceâtre en milieu de palais, où le vin semble manquer un peu de nerf, finale discrète, dotée d'une fine minéralité mais de peu de longueur. Un peu en dessous de ses standards habituels, mais il pourrait se reprendre un peu avec deux ou trois de bouteille.

(*** @ *** ½ - juin/08 - Fed)

 

Meursault "les clous" 2005, Bouchard Père et Fils (SAQ 39$)

Pâle, aux refles verdâtres. Plutôt discret, fin, fumé, délicatement minéral. Bouche élégante, de belle finesse, avec des saveurs d'agrumes et une amertume minérale plutôt soutenue en finale. Un meursault très épuré et fin. Très bel achat pour moins de quarante dollars.

(*** ½ - juin/08 - Fed)

 

 

 

 

2e volet :

 

Chassagne Montrachet 1er cru "les vide-bourses" 2005, Marc Colin (LCBO 25874 – 94,20$)

Joli nez, très distingué, avec des arômes fumés très classiques de pierre à fusil, un boisé très discret et raffiné, ainsi qu'un fruit de pomme. Très belle bouche, vibrante d'acidité, aux saveurs minérales et d'agrumes, tendu et très fin. Un vin qui devrait très bien évoluer.

(**** - juin/08 - Fed)

 

Chassagne Montrachet 1er cru "Clos de la truffière" 2005, Vincent Girardin (65$)

Plutôt discret, très fin, avec des notes minérales, fumées, un caractère de cire, d'épices, ainsi qu'un fruit d'agrumes. Belle bouche, onctueuse, savoureuse, de belle acidité, dotée d'un excellent sens des proportions, avec un caractère un peu réservé qui lui donne beaucoup de distinction. Très réussi!

(**** - juin/08 - Fed)

 

Chassagne Montrachet 1er cru "les Caillerets" 2005, Jean Noël Gagnard (SAQ 89$)

Joli nez, avec une maturité exotique, quoiqu'un peu atypique, le fruit évoque la banane mûre, un brin chimique, marqué par un boisé qui laisse des traces d'épices, aux nuances légèrement médicinales. Le tout est un peu déroutant et ne s'estompe qu'après une très longue aération. Belle bouche, mûre, onctueuse, avec une acidité marquée qui confère au vin une tension laissant une impression presque tannique, le fruit très mûr, aux relents de banane, se mêle au boisé dans un milieu de palais savoureux et complexe mais toujours un peu atypique. Un vin qui est difficile à noter en ce moment, peut-être pour son caractère excessif, mais si le temps lui permettait de trouver un peu plus d'harmonie ce "caillerets" pourrait devenir un excellent Chassagne.  

(*** ½ @ **** - juin/08 - Fed)

 

 

 

3e volet :

 

Bâtard Montrachet grand cru 2005, Jean Noël Gagnard (SAQ 249$)

Premier nez un peu discret, avec un très beau boisé qui laisse des arômes subtilement fumés, de noisette, puis le fruit devient un peu plus exotique, en préservant toujours beaucoup de classe et de distinction, avec des nuances de poire mûre et de cire d'abeille. La bouche est assez dense, compacte, tendue par une fine acidité, le boisé est très bien intégré, laissant des traces de pain grillé dans une finale racée et très persistante. Un vin jeune, un peu réservé pour le moment, mais doté d'un grand potentiel.

(**** ½ - juin/08 - Fed)

 

Puligny Montrachet 1er cru "les clavoillons" 2005, Domaine Leflaive (LCBO 125$)

Fumé, très fin, avec un caractère floral frais et complexe, dans lequel s'entremêlent des nuances de chèvrefeuille et de wasabi, le boisé, très subtil, gagne des notes noisettées. Bouche élégante, onctueuse, offrant beaucoup de nerf, avec une superbe tenue en milieu de palais, de la minéralité et une finale discrète d'agrumes.

(**** - juin/08 - Fed)

 

Corton-Charlemagne grand cru 2005, Joseph Drouhin  (SAQ 10793737 – 137,00)

Très mûr, avec un caractère douceâtre, beurré, vanillé, aux arômes de confiture de pommes, de menthe séchée et d'anis étoilé. La bouche est de bonne matière, encore une fois marquée par une grande maturité de fruit, avec des notes de pomme presque sucrée qui ne semblent pas s'accorder avec le boisé beurrée, un brin trop facile pour un vin de ce rang. Faut espérer que le temps lui rende un peu de noblesse. 

(*** ½ - juin/08 - Fed)

 

 

 

 


Pour toute autre information ou
pour me faire part de vos commentaires,
n'hésitez pas à me contacter par courriel
Federico