compte rendu

Les 1997 du
Domaine de la Romanée Conti


Quelques mots...

Le tableau

Notes

 

Échézeaux 1997, Domaine de la Romanée Conti
Grands Échézeaux 1997, Domaine de la Romanée Conti
Romanée St. Vivant 1997, Domaine de la Romanée Conti
Richebourg 1997, Domaine de la Romanée Conti
La Tâche 1997, Domaine de la Romanée Conti
La Romanée Conti 1997, Domaine de la Romanée Conti

 


quelques mots

Il serait parfaitement inutile de dépenser des mots pour ce domaine : il est sans doute un des plus fameux du monde. Le peu de milliers de bouteilles qui en sortent à chaque année font l'envie des amateurs du monde entier. Je peut seulement vous dire combien il a été enrichissant de pouvoir bénéficier d'un alignement de ce genre. Je n'ai pas une grande expérience avec les vins du Domaine de la Romanée Conti (DRC pour les intimes), mais je pouvais me considérer déjà très chanceux d'avoir eu l'occasion de déguster un peu plus d'une dizaine de leurs vins avant cette dégustation. J'avais même eu le privilège de déguster La Tâche, il n'y a pas si longtemps. Mais rien n'aurait pu être plus illuminant que la comparaison de la gamme complète des rouges du Domaine. Seulement en présence de tous ces grands crus un à côté de l'autre on peut saisir la personnalité de chacun d'eux et les nuances de chaque terroir.

La première chose qui m'a frappé était la transparence de ces vins. Il n'y avait pas de robes extra-saturées, à la Mortet, ou de bouquets maquillés de notes racoleuses de chêne, à la Rion. Les vins étaient purs, typés... transparents. Le Domaine a réussi, dans un millésime caractérisé par les intempéries et les excès de chaleurs, des vins parfaitement équilibrés, fins et marqués par une merveilleuse fraîcheur. J’ai noté que les deux Échézeaux étaient les plus similaires et les plus accessibles, très ouverts, mais sans jamais tomber dans la facilité : la finesse des arômes était celle des grands Bourgognes. Si je devais regrouper les autres vins, je mettrai les deux Romanées ensemble et le Richebourg avec La Tâche. Cela risque de vous surprendre, mais les Romanées étaient caractérisées par une finesse pratiquement aérienne, une dentelle, qui était très similaire. Tandis que le Richebourg et La Tâche étaient dotés d'une puissance et d'une profondeur bien plus marquées, surtout dans le cas de La Tâche. Il faut aussi dire que les 1997 seront probablement à boire avant les 1996.

J'ai mis presque deux heures pour apprendre à connaître chacun des vins, qui étaient malheureusement servis en proportions microscopiques. J'ai essayé de rendre honneur à ces vins du mieux de mes connaissances et quand je me suis levé de table (au moment où on allait presque m'enlever la table de sous le nez) je pouvais dire d'avoir donné le meilleur de moi même en tant que dégustateur. J'ai trouvé regrettable, toutefois, l'attitude blasée d'un grand nombre de dégustateurs, très connus dans le monde vinicole montréalais, qui de façon pratiquement indifférente ont vidé leurs verres en vingt minutes et ont quitté la salle comme un voleur quitte la scène du délit. Une chance pareille, même si elle nous est offerte régulièrement, doit être approchée avec une certaine vénération et même un brin de crainte. Devant des bouteilles de ce genre, il n'est pas question de se demander si le vin sera à la hauteur. Il faut plutôt se demander si le dégustateur va l'être.

En regardant l'indifférence de certaines personnes pendant cette dégustation, j'ai trouvé ça injuste pour tous ceux qui auraient désiré y être mais qui n'en avaient pas les moyens.


 

le tableau

Le tableau suivant indique le pointage (sur des échelles de 5 étoiles et 100 points) que j'ai accordé à chaque vin.

VINS DÉGUSTÉS

MES NOTES

Échézeaux 1997, Domaine de la Romanée Conti **** @ **** ½ 91
Grands Échézeaux 1997, Domaine de la Romanée Conti **** @ **** ½ 92+
Romanée St. Vivant 1997, Domaine de la Romanée Conti **** @ **** ½ 92
Richebourg 1997, Domaine de la Romanée Conti **** ½ @ ***** 95
La Tâche 1997, Domaine de la Romanée Conti **** ½ @ ***** 97
La Romanée Conti 1997, Domaine de la Romanée Conti **** ½ @ ***** 95

 


notes

 

Échézeaux     1997, Domaine de la Romanée Conti
Rubis, moyenne saturation, limpide. Très intense et floral, avec beaucoup de fraîcheur et de finesse, évoluant vers de notes de cèdre subtilement vanillé. La bouche est de corps moyen, avec un beau fruité en milieu de palais. Élégant, les tannins sont très fins et il a une belle acidité, ce qui devrait lui permettre d'évoluer aisément sur une décennie même s'il est déjà très accessible. La finale est de très bonne longueur, légèrement vaporeuse, avec une belle pureté de fruit. C'est difficile à croire, étant donné son prix de 149 $, mais ce vin classique, élégant et un brin charmeur constitue un très bon achat.
(**** @ **** ½ ;  déc./00;   Fed)


Grands-Échézeaux    1997, Domaine de la Romanée Conti
Rubis, moyenne saturation, limpide. Pratiquement identique au Échézeaux, les nez est très ouvert, floral et frais, mais avec des notes très nettes de cerise mûre en plus, il tourne vers le cèdre et le caramel après une vingtaine de minutes d'aération. En bouche il est un peu moins accessible que le "petit" Échézeaux, avec un caractère plus épicé et une belle intensité de fruit mûr en milieu de palais. Tout aussi classique, mais dans un paquet plus puissant, avec une bonne concentration des saveurs et une très bonne longueur.
(**** @ **** ½ ;  déc./00;   Fed)

Romanée St. Vivant    1997, Domaine de la Romanée Conti
Rubis-pourpre, très limpide. Plutôt discret, les notes de violettes et de cerise sont timides mais elle semblent avoir plus de définition. Ce vin est un exemple de finesse, sa texture est tellement délicate qu'elle semble à peine perceptible, il frise la minceur mais avec beaucoup de grâce et de classe. Il est remarquable d'avoir obtenu autant d'élégance dans un millésime caractérisé par autant de chaleur. Alors que d'autres 1997 sont lourds et presque cuits, ce vin possède l'agilité d'une ballerine.
(**** @ **** ½ ;  déc./00;   Fed)

Richebourg     1997, Domaine de la Romanée Conti
Rubis-pourpre, bonne saturation. Ce vin reste fermé pendant plus d'une heure, avant de laisser transparaître des notes de cerise sûre qui se font de plus en plus profondes et complexes, il exprime aussi des notes de violette et un caractère qui a une certaine familiarité avec la Tâche. Dès l'attaque, on remarque une excellente concentration en bouche, le milieu de palais est intense, riche et puissant; dense, velouté et tannique : c'est une petite bombe au pinot noir, mais on sent toujours l'expression naturelle du mariage entre cépage et terroir, ça n'a rien à voir avec les vins "manufacturés" du nouveau monde. Très bonne longueur en fin de bouche. Il devrait vieillir admirablement.
(**** ½ @ *****;  déc./00;   Fed)

La Tâche     1997, Domaine de la Romanée Conti
Rubis-pourpre, bonne saturation. Superbe nez! sa plénitude et sa profondeur dépassent de loin celles des autres crus, les notes de violette et de cerise ont une pureté exquise et la maturité est parfaite, le boisé est plus marqué que dans les plus petits crus et, après une heure d'aération, l'ensemble de ces éléments commence à se transformer en un parfum absolument irrésistible. Vigueur, intensité... il y a plus de tout dans ce vin, mais il demeure toujours élégant, comme un grand Bourgogne se doit. La bouche est pleine et intense, pas encore parfaitement définie, mais envoûtante, captivante, de grande finesse, avec une fine minéralité qui laisse une impression de talc. Les rendements microscopiques (19,6 hl/ha) ne sont certainement pas étrangers à la concentration étonnante de ce vin et, encore une fois il faut souligner la parfaite fraîcheur et l'équilibre du vin. Grande finale, elle semble interminable, les notes de cerise persistent avec beaucoup de vigueur et de définition. On frise la perfection ici... et quand on atteint ces niveaux, il n'est plus question de parler de prix!
(**** ½ @ *****;  déc./00;   Fed)

Romanée-Conti     1997, Domaine de la Romanée Conti
Pour ceux qui n'en ont jamais vécu l'expérience, j'aimerais confirmer que le dégustateur a éprouvé un certain effet d'intimidation devant le verre de Romanée-Conti. Ceux qui ont déjà vécu ce moment et qui se rappellent de la première fois qu'ils ont goûté à ce vin savent certainement ce dont je parle.  Les reflets rubis de la robe sont translucides. Le nez est très complexe et beaucoup plus marqué par le chêne que tous les autres vins du Domaine. Les notes de cèdre sont raffinées et typiques du Domaine, mais le vin est aussi plein de subtilités absolument incompréhensibles à ce stade-ci. Ce qui est le plus remarquable de ce vin c'est l'impassibilité stoïque avec laquelle il résiste à l'oxydation : après presque deux heures dans le verres il ne montrait encore aucun signe de fatigue et n'avait cessé de se bonifier. En bouche il est beaucoup plus léger que La Tâche et même le Richebourg, très fin et astringent, mais délicat, avec ce caractère aérien qu'on avait déjà perçu dans la Romanée St. Vivant et qui s'exprime ici avec plus de détermination. Très bonne finale. Et dire que ce vin n'a pratiquement encore rien exprimé de son vrai potentiel...
(**** ½ @ *****;  déc./00;   Fed)

 


 


NB: L'ordre de présentation des notes de dégustations reflète celui dans lequel les vins se sont retrouvés lors de la dégustation.
Le pointage et les commentaires reflètent mon opinion de chaque vin.
Federico

 

pour toute information, vous pouvez me contacter par courrier électronique
libit@attcanada.ca
tous vos commentaires sont appréciés



 

p>